Gérard Rondeau

Entre silence et ombre

  • Lieu :

      Barthélémy de Don

  • Date :

      18/05 – 11/06

 

trait_rouge

Grand Palais, Paris, 1997
© Gérard Rondeau, Collection Maison Européenne de la Photographie, Paris

La tombe de Jean Genet, Larache, 1996
© Gérard Rondeau, Collection Maison Européenne de la Photographie, Paris

J’aime les chemins qui ne mènent nulle part, j’ai tendance à les prendre, à marcher sur des routes où l’on n’a rien à trouver.
 
Disparu brutalement le 13 septembre dernier, Gérard Rondeau a traversé son époque à la recherche non de ce qui se voit mais de ce qui se ressent. À ses débuts il a parcouru la France et sa Champagne-Ardenne natale à la recherche des secrets et des non-dits. Il a publié un livre sur son ami le peintre Paul Rebeyrolle, chroniqué la vie à Sarajevo pendant le siège et dressé un portrait du Maroc contemporain dans un brillant dialogue avec la peinture de Delacroix. Pendant quinze ans il a accompagné les missions de Médecins du Monde. En parcourant ses oeuvres, on saisit leur côté insaisissable et la poésie indicible qui en émane. Ce qui l’intéresse ce sont les traces laissées par la vie des personnes ordinaires, les moments furtifs, la mémoire des lieux. Fasciné par la Première Guerre mondiale, il a inventorié, en compagnie de l’écrivain Yves Gibeau, les champs de bataille, les monuments et les blessures encore visibles infligées au paysage. Gérard Rondeau était aussi un remarquable portraitiste. Avec un regard neutre, parfois austère, il nous offre une vision très personnelle des artistes et écrivains qu’il a côtoyés. Photographe sensible, il instaurait par sa présence une relation d’écoute et de confiance avec tous ceux qu’il rencontrait. La MEP lui a consacré une rétrospective en 2015, à la suite de laquelle Gérard Rondeau a tenu à faire don d’un ensemble de 60 tirages représentatifs de son oeuvre. Une exposition de son travail sur le Maroc a été présentée en 2012 à Sanary-sur- Mer dans le cadre du festival. Photomed tient à lui rendre hommage aujourd’hui en présentant une sélection de photographies issue de la collection de la MEP, qui dévoile le regard d’un homme intuitif, imposant, comme dit le titre d’un de ses livres : Le silence et rien alentour. Photomed tient à remercier la Maison Européenne de la Photographie pour le prêt des oeuvres.
 
 

Commissaire d’exposition : Simon Edwards

Les autres photographes

 

trait_rouge