Sergio Strizzi

Sur les tournages d’Antonioni

  • Lieu:

    Maison Flotte

  • Horaires:

    Ouverte tous les jours de 11h à 19h sauf le lundi

 

trait_rouge

 

Du début des années 1950 à sa mort en 2004, Sergio Strizzi a documenté les plus beaux tournages de l’un des rares cinémas vraiment mythiques, celui des grands registi italiens. Auteurs et acteurs de toutes les générations, de Toto et Vittorio de Sica à Ettore Scola et Liliana Cavani, aimaient à être saisis par lui. Dans son abondante production, toutefois, une collaboration se distingue, aussi brève (les premières années 1960) qu’intense : celle qui le lia à Michelangelo Antonioni le temps de trois chefs-d’œuvre, La Notte, L’Éclipse, Le Désert rouge. Photographier les plateaux d’Antonioni ne signifiait certes pas fixer négligemment tel ou tel moment d’une improvisation festive. Rigoureux comme personne, méditant chaque plan comme une œuvre singulière, le grand cinéaste ne pouvait s’entendre qu’avec un photographe aussi exigeant que lui. De fait, Strizzi a réussi à construire chacun de ses clichés antonioniens comme un tableau fidèle à la fois à l’atmosphère et à l’esprit des films. Son chromatisme rejoint celui du maître, oscillant entre l’élégance sobre du noir et blanc et la tentation toujours vive de la couleur. Il en restitue les décors toujours un peu irréels, et souvent presque inquiétants, la grande ville sans humains et sans joie. Mieux, il parvient à rendre palpable le sentiment de solitude qui habite tous les personnages d’Antonioni, jusque dans l’amour, et peut-être surtout dans l’amour. Son objectif saisit ce qu’il y a de désespoir dans le dandysme de Mastroianni, ce qu’il y avait de sublime alors dans le visage du jeune Delon. Mais ce sont les femmes qui retiennent avant tout son attention – pour ne pas dire son intérêt. Qui mieux que lui aura servi l’allure souveraine de Jeanne Moreau, le regard vague de Monica Vitti ? En Sergio Strizzi le maître du cinéma elliptique et hautain avait trouvé, non un collaborateur, mais un partenaire à sa mesure.

Guillaume de Sardes

Les autres photographes

 

trait_rouge